May B - Compagnie Maguy Marin au PBA Charleroi Danses


Beckett croise Schubert et les Gilles de Binche dans ce monument de la danse-théâtre.

May B ,Compagnie, Maguy Marin  ,, PBA ,Charleroi Danses



Maguy Marin, May B bouleverse encore les codes en vigueur, réconcilie théâtre et danse, marque l'histoire des arts vivants par sa grâce. En 33 ans, elle a été jouée plus de 700 fois.

Charleroi-Danses met en scène un homme torse nu qui semble plonger vers les installations du Centre chorégraphique, depuis le sommet de la tour de Police.

Le slogan, cinglant et efficace, résume l’idée: «Osez!».


                                   MAY B de Maguy Marin from Luc Riolon on Vimeo.

Œuvre hybride, souvent considérée comme l’acte de fondation de ce qu’il convient d’appeler la «danse-théâtre», «May B» puise librement ses thèmes de réflexion dans l’univers faussement absurde de Samuel Beckett. Le tout oscille sans cesse entre le désespoir et l’humour, avec des accompagnements musicaux invoquant ici Schubert et là, les airs des gilles de Binche.
Seb G - L'Avenir (éd. Basse Sambre)

Compagnies créée il y a plus de trente ans, May B a été présentée plus de 650 fois sur toutes les scènes du monde.
 À la genèse de cette pièce-culte, on retrouve la chorégraphe Maguy Marin et sa passion pour l’univers de Samuel Beckett
Avec miséreux hères dépenaillés, poussiéreux, à la mine plâtreuse, qui envahissent la scène en rangs serrés : cette petite troupe de créatures désespérées et désespérantes semble tout droit issue de Fin de partie   d' En attendant Godot
Sur des musiques allant de Schubert (La jeune fille et la Mort!) à des airs des Gilles de Binche, ils sont dix à errer sur le plateau, à évoluer à pas frottés, à grogner et éructer parfois, se heurtant, se bousculant, préférant l’enfer des autres à l’angoisse de la solitude.
Ils incarnent une certaine vision désenchantée de la vieillesse et de notre sort commun inéluctable : mais ils dansent!
video

Ce pourrait être macabre et lugubre si Maguy Marin n’y insufflait cette petite dose d’humour corrosif et de cynisme salvateurs qui sont également la marque de fabrique de son travail.
 Il y a du Francis Bacon ou du Otto Dix  dans ces tableaux qui s‘enchaînent inexorablement, une forme expressionnisme exacerbé qui surgit d’une danse hallucinée et fulgurante.
 En plus d’être une pièce fondatrice de la danse-théâtre, dans la droite ligne d’une  il semble bien que May B en constitue un sommet.  une pièce d’anthologie, véritable monument de la danse contemporaine.


May B ,Compagnie, Maguy Marin  ,, PBA ,Charleroi Danses 

Analyse de l’œuvre, atelier d’écriture


Lexique : Quel engagement des corps dans la danse ?
- Danse minimale : des gestes quotidiens, simples, d’une crudité implacable.
- Gestes tres précis, compulsifs, fébriles
- Démarches claudicantes, lente, glissements, raclures, adhérence maximale avec le sol. Pesanteur, gravité, lourdeur (passages au sol)
- Un corps frottant, frotté

- Des changements d’états permanents qui développent des émotions. Violence, pulsion sexuelle, peur, humour, partage, tendresse, rire, hostilité…Maladie, folie, vulnérabilité, faiblesse, dépression…Une atmosphère gardée jusqu’au salut.

- Une vulnerabilité transfigurée : c’est terrible et le tableau est beau…Plein d’espoir

- Des personnages que l’on adopte : petits êtres gris et rabougris, poignants, livides. Personnages, dépouillés, cabossés, complémentaires.

- Morphologie des personnages variée et renforcée. Identités singulières des danseurs :la jeune fille fragile, le grand au long nez, la ronde frisée…

- « Cherchons 4 hommes sans qualification, âge indifférent pour nouveau spectacle »May Be annonce de recrutement = Profil des danseurs interpretes.

- Un corps globalement collectif : »c’est un cœur qui de temps en temps se dissout » M. Marin. Une horde, un effet de masse qui s’agrège et se désagrège au fil des pas. Une masse hébétée qui glapit, grogne, ricane à qui mieux mieux. Une communauté, une énergie du groupe. Une écoute rythmique collective, « agir ensemble ».

- Seules paroles : « Fini, c’est fini. Ca va finir. Ca va peut être finir ». Articulées en prologue et épilogue, elles font mesurer l’enclos dans lequel notre condition humaine est recluse, un surplace entêtant  







May B ,Compagnie, Maguy Marin  ,, PBA ,Charleroi Danses




La Biennale Charleroi Danses est l'événement incontournable de la danse contemporaine à Charleroi et à Bruxelles, ainsi   et à Liège et  Mons, en novembre 2015  ICI

Unknown Mami

Bienvenue aux Blogs Louisette


           
                
 8 march International Women Day- journée international de la femme 8 mars
 Eleanor Roosevelt: "Remember, no one can make you feel inferior without your consent.”
 Eleanor Roosevelt: "Remember, no one can make you feel inferior without your consent.”

 mimosa
Journée Internationale de la Femme 8 mars 2014

Wordless Wednesday
MERCI DE VOTRE VISITE,LOUISETTE ET SES MISS GOLDEN RETRIEVER.

Vibrants danseurs" Butö" Sankai Juku au Concertgebouw de Bruges.


Vibrants Dancers 's Company of Japan.

UMUSUNA, "Memories from before History" Sankai Juku  at Concertgebouw  Bruges. 

Shared with 
ABC Wednesday
    Our Beautiful World   

Bruges. danse japonais., butō, Concertgebouw, Sankai Juku, Umusuna


Superbe spectacle de la compagnie Sankai Juku  groupe de danse japonais au Concertgebouw de Bruges.


 Le butō est une forme de danse japonaise caractéristique née dans les années 1960, conséquence du pessimisme ambiant qui a fait suite à l’accablante défaite du Japon pendant la Seconde Guerre mondiale et réaction aux atrocités des bombes atomiques.
Cette danse expressionniste se caractérise par des danseurs (à moitié) nus poudrés de blanc et le crâne rasé   sa gestuelle silencieuse est souvent saccadée

山海塾、ベルギー,sankai Juku, performence, brugge, be,concergebouw,buto,

Compagnie  créée en 1975 par le chorégraphe japonais Ushio Amagatsu.Ushio Amagatsu et sa compagnie Sankai Juku sont au buto ce que les Rolling Stones sont au rock, une figure légendaire,
http://www.sankaijuku.com/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sankai_Juku









Ce dernier, un des explorateurs de la deuxième génération de danseurs de butō, ne considère pas le butō uniquement comme une technique ou un style académique, mais plutôt comme un dialogue réflexif entre le corps et la pesanteur environnante.
Dans le monumental Umusuna, il réunit huit danseurs masculins dans un décor méditatif.






Extrait de "Sankai Juku" Biennale de Lyon Danse